Trump fait grimper le Bitcoin et les cryptos!

Trump fait grimper le Bitcoin et les cryptos!

La semaine dernière, deux personnages parmi les plus puissants au monde, Donald Trump et Jerome Powell, se sont exprimés sur le bitcoin et les cryptomonnaies.

Le bitcoin est régulièrement tancé depuis sa création, que ce soit sur le plan technique ou d’un point de vue “idéologique”. Il faut dire qu’il fait peur aux Etats, aux banques et même parfois aux individus…

Le président américain s’est montré sur la défensive en abordant le sujet, volant au secours d’un dollar qui d’après lui, est impérissable et indétrônable.

De son côté, le président de la Banque centrale américaine a comparé le bitcoin à l’or, admettant au passage son caractère de réserve de valeur.

Trump n’est pas “un fan” du Bitcoin

Dans une de ces séries de tweets au vitriol dont il a le secret, Donald Trump s’est associé à la caste des pourfendeurs du Bitcoin.

tweet trump

“Je ne suis pas un fan du Bitcoin et des autres cryptomonnaies, qui ne sont pas de la monnaie, et dont la valeur est très volatile et ne repose sur rien du tout. Les crypto-actifs non-régulés peuvent faciliter les comportements illégaux, trafics de drogues et autres activités illégales…”

Je dois avouer qu’à force, ce genre de message vus, revus et jalonnés de poncifs qui traduisent avant toute chose une méconnaissance crasse du domaine m’amuse. Peut-être avez-vous également tiqué à la lecture du tweet présidentiel.

Pour autant, peut-on reprocher à Donald Trump de vouloir défendre le billet vert ?

“Nous n’avons qu’une seule véritable monnaie aux Etats-Unis et elle est plus forte que jamais, à la fois fiable et solide. C’est de loin la devise la plus puissante au monde et elle le restera toujours. C’est ce qu’on appelle le dollar américain !”, a fanfaronné le locataire de la Maison-Blanche.

Un dollar séculaire face à monde multipolaire

Le dollar restera toujours la devise la plus puissante du monde ? Hum… Touchez du bois Monsieur Trump. Le monde est multipolaire – c’est une réalité depuis trente ans – et pléthore d’Etats souhaitent s’affranchir du joug du dollar.

C’est d’ailleurs dans cette optique que l’empire du Milieu développe son propre projet de yuan numérique et accumule de l’or. La Banque centrale de Russie aurait même racheté 274,3 tonnes d’or rien qu’en 2018 et dédollarise abondamment ses réserves !

Un bitcoin qui démontre année après année son “antifragilité”

Si le billet vert connaît une remarquable longévité et continue d’avoir valeur de référence, n’oublions cependant pas qu’il a perdu près de 95 % de sa valeur face aux métaux précieux depuis sa création en 1792…

Et si le Bitcoin n’a quant à lui que dix années d’existence, il est tout de même déjà plus âgé que 254 monnaies papier sur les 775 qui figurent dans une vaste étude de M. Hewitt citée dans Bitcoin et protocoles à blockchain : comprendre l’avènement de la seconde ère numérique. L’âge médian de ces 775 monnaies papier n’est au surplus que de 39 ans et au vu des multiples obstacles auxquels la plus illustre des cryptodevises a déjà dû faire face, on peut d’ores et déjà s’incliner devant sa résilience.

Powell compare le bitcoin à l’or

Jerome Powell qui intervenait quelques jours plus tôt devant le Congrès américain, affirmait qu’il était concevable que les Etats-Unis retournent à une ère dans laquelle plusieurs monnaies pourraient coexister.

A la question de savoir si les cryptomonnaies constituaient une menace pour le dollar en tant que monnaie de réserve mondiale, le président de la Fed a répondu qu’une telle chose était possible, “mais que cela n’avait pas encore été véritablement observé, nous n’assistons pas à une adoption généralisée. Bitcoin est un bon exemple.

Presque personne n’utilise véritablement le bitcoin pour les paiements, [ses utilisateurs] l’utilisent davantage comme une alternative à l’or. C’est une réserve de valeur spéculative, comme l’or…”

Avant de faire cette consécration inédite, Powell a demandé une suspension du projet Libra.

Coexistence ou guerre de monnaies

Le successeur de Barack Obama a également éreinté la Libra, précisant au passage que si Facebook souhaite devenir une banque, le réseau social devra alors se soumettre aux règlementations bancaires. Dans ce cas aussi, il est hautement probable que le déploiement de son ambitieux projet ne sera pas une sinécure.

Selon Andreas Antonopoulos, spécialiste reconnu des cryptomonnaies, le monde de demain sera une lutte sans merci entre les monnaies étatiques traditionnelles, les monnaies des “corporations”, des entreprises et celles créées pour les gens, comme le Bitcoin.

Alors, l’avenir sera-t-il à la coexistence ou la guerre entre monnaies comme l’imaginent ces observateurs ?

Lorsque le sujet des cryptos parvient sur le devant de la scène, des personnes du monde entier sont en tout cas amenées, à se poser des questions et à comprendre l’ampleur de sujets vitaux…

Pourquoi Trump s’attaque au bitcoin ?

Pourquoi la Fed et plus généralement, les Banques centrales, ont le monopole de l’émission monétaire ?

Des multinationales comme Facebook parviendront-elles à briser ce privilège ?

Les monnaies proposées par ces dernières seront-elles plus vertueuses que celles des Banques centrales ?

Pourquoi les citoyens d’un pays ne pourraient-ils pas choisir librement la ou les monnaies de leur choix ?

INVESTISSEMENT BOURSE