La Bourse de Paris entravée par le COVID19

La Bourse de Paris entravée par le COVID19

La Bourse de Paris réagissait avec stupeur vendredi matin (-0,88%) à la contamination de Donald Trump par le Covid-19 qui l’incitait à redoubler de prudence avant les chiffres mensuels de l’emploi aux Etats-Unis.

A 09H25 (07H25 GMT), l’indice CAC 40 reculait de 42,5 points à 4.781,45 points. La veille, la place parisienne avait fini en petite hausse (+0,43%).

Donald Trump, 74 ans, et son épouse ont été testés positifs au Covid-19 et se sont mis en quarantaine. Le médecin de la présidence américaine a dit s’attendre à ce que M. Trump « continue à assumer ses fonctions sans perturbations pendant sa convalescence ». Mais cette annonce apporte « une contingence nouvelle dans un environnement déjà compliqué ; la prudence monte d’un cran sur les marchés », commente Hervé Goulletquer, stratégiste à la Banque postale asset management.

La séance pourrait ainsi être agitée d’autant que les investisseurs attendent les chiffres de l’emploi américain en septembre. Ils restent aussi à l’affût d’avancées sur un nouveau plan d’aide aux ménages et entreprises pour lequel démocrates et républicains sont en quête d’un compromis.

Les chiffres de l’emploi – les derniers avant le scrutin présidentiel américain du 3 novembre – « devraient logiquement soulever de sérieux doutes sur la qualité et la force de la reprise économique américaine », prévient Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Et « l’absence d’accord au Congrès sur un nouveau plan de relance est un facteur d’incertitude majeur pour les chefs d’entreprises », ajoute-t-il.

En Europe, où la situation épidémique continue de se dégrader, les chiffres de l’inflation en zone euro seront au coeur de l’attention.

Korian chutait de 7,79% à 27,46 euros après l’annonce d’une augmentation de capital de 400 millions d’euros pour s’offrir l’opérateur psychiatrique Inicea. Le groupe a par ailleurs nommé Jean-Pierre Duprieu président de son conseil d’administration, en remplacement de Christian Chautard.

Engie cédait 0,53% à 11,37 euros avant de réunir vendredi un conseil d’administration pour désigner son nouveau directeur général, qui sera très probablement une femme: Catherine MacGregor, une ancienne du géant des services pétroliers Schlumberger, fait figure de favorite.

Total baissait de 0,61% à 28,32 euros. Le géant a suspendu par précaution ses opérations sur un champ de gaz naturel dans le sud-est de la Bolivie, où des feux de forêts et de pâturages faisaient rage.

Thales rétrogradait de 1,24% à 63,64 euros après avoir lancé une négociation avec les organisations syndicales « pour adapter l’emploi », voulant cependant « éviter les licenciements ».

Elior perdait 2,91% à 3,80 euros à la suite de l’annonce de 1.888 postes à supprimer en France dans la restauration d’entreprise.

Lagardère régressait de 3,27% à 23,66 euros. Vivendi a annoncé jeudi détenir 26,7% du capital du groupe et 20,2% des droits de vote.

BOURSE